histoire de l'hypnose

Histoire de l’hypnose

L’histoire de l’hypnose
«Il n’y a pas à ce jour de substitut à l’hypnose»
Sigmund Freud, 1937

Quelques dates importantes :

Premier écrits de soins par la parole : il y a plus de 6000 ans, en Mésopotamie, où les sumériens pratiquaient déjà l’accompagnement en paroles. Un manuscrit cunéiforme décrit des guérisons obtenues grâce aux Etats Modifiés de Conscience.
– Il y a 3000 ans, en Égypte sous Ramsès II, 20ème dynastie… Nous avons la description d’une séance “d’hypnose”, sur une stèle découverte par Musès en 1972.
– Puis à travers les siècles en Grèce : Socrate, et le “terpnos logos“. Il se décrit lui-même comme “accoucheur d’âmes“. Ou encore un de ses contemporains, Antiphon d’Athènes, dont le frontispice de sa maison annonce qu’il a le pouvoir de “guérir avec les mots“. En Europe, druides et prêtres, et jusqu’au fond de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Australie et sur la Banquise (sorciers, chamans…) partout on retrouve des coutumes de soins et des rituels qui incorporent certains éléments de notre hypnose thérapeutique moderne….
– 1529, Paracelse, célèbre médecin et alchimiste suisse, livre les premières données scientifiques (pour son époque) sur le “magnétisme animal”, tel que l’appellera Mesmer.
– 1750, le père Johann Joseph Gassner est considéré comme le précurseur de la thérapie avec son exorcimus probativus, assez proche de plusieurs pratiques thérapeutiques reconnues actuelles.
– 1766, le docteur Franz Anton Mesmer, disciple spirituel de Paracelse, inspiré par sa pratique et ses écrits devient le premier “psychothérapeute” des temps modernes. C’est le triomphe deans tous les royaumes civilisés du « Magnétisme Animal », qui durera jusqu’en…
– 1784, Chastenet de Puységur, disciple de Mesmer, découvre la transe somnambulique (l’hypnose comme un “état” plutôt que résultat d’une action extérieure). Et l’Abbé de Faria,  pose les premiers fondements de ce qui deviendra “l’École de Nancy” en insistant sur la prépondérance de la suggestion. C’est la naissance du “sommeil lucide”, qui deviendra l’hypnose.
La même année, Louis XVI ordonne une enquête sur l’existence du magnétisme animal. Une commission siégera, où l’on retrouve Benjamin Franklin, Lavoisier, Jussieu… Son rapport final, établi sur l’étude des pratiques d’élèves de Mesmer (et non de Mesmer lui-même) sera négatif quant à l’existence du magnétisme animal, mais positif quant aux résultats produits. Ce qui ne fait guère avancer la recherche.
– 1824, JPF Deleuze codifie la pratique du magnétisme et le propulse à nouveau au premier rang des thérapies de l’époque.
– 1837, le rapport Husson réhabilite le “magnétisme” de Mesmer. Toutefois, il ne sera pas publié, par crainte du ridicule… Comment expliquer l’existence de quelque chose que l’on ne peut quantifier ?
– 1841, James Braid, chirurgien écossais, pose les bases scientifiques de ce qu’il nommera : “Hypnose” (1843). L’hypnose étant officiellement née, il crée dans la foulée la notion de monoïdéisme : selon Braid la transe hypnotique survient lorsque le patient est concentré sur une seule et unique idée. La théorie du magnétisme, trop impalpable, tend à être remplacée par l’idée d’une relation patient/thérapeute. De nombreux professionnels de Santé se lancent dans l’aventure…
A la même période : John Elliotson, professeur de Chirurgie et inventeur du stéthoscope introduit l’utilisation de l’hypnose en hôpital, pour les anesthésies. Le docteur Parker (Mesmeric Hospital, Dublin) publie le compte rendu de 200 interventions sous hypnose, dont une amputation indolore ; et James Esdaille, chirurgien lui aussi écossais, exerçant à Calcutta, rapporte plus de 2000 interventions, dont 315 majeures réalisées sous “anesthésie mesmérienne”… C’est au tour de l’Hypnose d’avoir son âge d’or… jusqu’en 1846, avec l’invention du chloroforme, qui supplantera l’hypnose pour les anesthésies !… C’est la fin (pour un temps) de l’hypnose clinique.
Pendant ce temps, aux États-Unis se créée la “Société du Magnétisme”, à la Nouvelle Orléans, avec Morton Prince (personnalités multiples) et surtout Benjamin Rush, père de la psychiatrie américaine.
– 1866, Ambroise-Auguste Liébault, médecin de campagne et hypnothérapeute de longue date, convainc le professeur Hippolyte Bernheim de l’importance de l’Hypnose et en particulier de la suggestion verbale (aspect inédit à l’époque). C’est le début de l’École de Nancy. Le même Bernheim donnera naissance en 1891 au terme « psychothérapie » (soin par la suggestion hypnotique).
1885, Sigmund Freud, est passionné d’Hypnose. Il se convainc de la réalité du phénomène hypnotique lors d’un spectacle d’hypnose de Hansen (Danemark). Âgé de 29 ans, il a déjà traduit en allemand les livres de Bernheim et effectue un stage à la Salpêtrière pendant quatre mois, auprès de Charcot. Auteur avec le Dr Breuer d’un livre sur l’Hypnose, il fonde sa compréhension, révolutionnaire pour l’époque, des processus psychiques (notion d’Inconscient). Il achèvera sa formation en Hypnose à Nancy avec Bernheim, en 1889, mais ne maîtrisera jamais vraiment la technique, qu’il abandonnera (à l’époque trop autoritaire, et ne correspondant plus à ses recherches). Toutefois, il enverra toute sa vie les patients ayant besoin d’une thérapie plus que d’une analyse à ses collègues hypnothérapeutes ! (cf. lettre de 1937)
-1889, se tient à Paris (à l’Hôtel Dieu) le 1er Congrès International de l’Hypnotisme expérimental et thérapeutique, avec la participation des plus grands noms de l’époque : Liébault, Bernheim, Charcot, Janet (le père de la Psychologie clinique), Richet, Freud, Babinski, William James (père de la Psychologie américaine), etc.
-1891, nous voilà en Russie : A.A. Tokarski, mondialement connu pour ses travaux sur la mémoire, inaugure le premier “Cours d’Hypnose et de Psychologie physiologique” à l’université de Moscou. Un peu plus tard, Ivan Petrovitch Pavlov, à travers son étude du système nerveux supérieur, élabore la théorie neurophysiologique de l’Hypnose, considérée comme un tournant décisif. L’Hypnose serait-elle finalement un état physiologique ?…
En France, le professeur Bernheim donne naissance au terme “Psychothérapie“, qui désigne sa méthode thérapeutique, basée sur la suggestion hypnotique.
– 1900, en France, Émile Coué, simple pharmacien nancéen, après avoir appris les techniques de l’hypnose auprès de Liébault (importance de la suggestion), répand sa désormais célèbre “Méthode Coué” de par le monde : Paris, Bruxelles, Londres, puis les USA où il est accueilli sur la Cinquième Avenue avec les fastes d’un dirigeant d’État !
– 1919, l’hypnose est passée de “mode”… Pierre Janet poursuit seul en France ses travaux sur le phénomène hypnotique. Il découvre le phénomène de la régression hypnotique, qu’il utilise à visée cathartique. Il aide ainsi Sigmund Freud à mettre au point le principe d’Association Libre.
A la même période, K.M. Bykov, élève de Pavlov, jette les bases de la médecine psychosomatique et démontre que toute une série d’affections comme l’ulcère à l’estomac, l’hypertension artérielle, l’asthme, etc… peuvent être déclenchée par des perturbations de l’activité nerveuse supérieure.
•    Aux Etats-Unis, le psychologue Clark L. Hull, professeur et mentor de Milton Erickson, mène de nombreuses expériences sur l’Hypnose, qu’il décrit comme une partie tout à fait normale de la psyché humaine. Pour Hull, la transe hypnotique est un élément naturel de la conscience, comme les rêves (à l’état éveillé ou endormi). Erickson se détacha de son maître à penser pour fonder une hypnose plus douce et plus moderne.
– 1957, K.I. Platonov analyse l’importance considérable des mots chez les sujets en état hypnotique comme en état de veille “normal”. Une expérience sidérante montre qu’il est possible d’accélérer la coagulation du sang et la cicatrisation d’une plaie ouverte, chez un sujet en transe hypnotique, au son d’un métronome. Ensuite, le seul son du métronome -hors hypnose- suffit à faire coaguler le sang. Et bientôt, on se rend compte que le mot “métronome” a le même effet ! Le cerveau humain est donc capable de se servir d’abstraction pour modifier son équilibre.
Avec Velvoski et Nikolaïev, Platonov met aussi au point la méthode d’accouchement dite “psychoprophylactique” (sans douleur). Et pendant ce temps, J.H. Schultz élabore en Allemagne son “Training autogène”, inspiré des anciennes techniques d’hypnose d’Oskar Vogt (1900).
Aux États-Unis, les travaux géniaux de Milton Hyland Erickson, psychiatre américain né en 1901, bouleversent les conceptions de l’Hypnose et de la Thérapie en général. Bateson, Watzlawick, Weakland et Haley, membres de la fameuse École de Palo Alto, le considèrent comme le “ père de la Communication moderne “.
L’Hypnose Ericksonienne est née (1937) et va grandir grâce aux élèves d’Erickson tels de Jay Haley, Jeffrey Zeig ou Ernest Lawrence Rossi, qui va s’intéresser à ses fondements psychobiologiques. La pratique de Milton Erickson sera également aux origines de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) de Richard Bandler et John Grinder, dans le milieu des années 1970.
– 1979, Daniel L. Araoz, célèbre sexologue et hypnothérapeute, donne naissance à une nouvelle forme de travail hypnotique, la “Nouvelle Hypnose“. A la même époque, des gens comme les docteurs Malarewicz et Godin, et surtout Alain Cayrol -qui fut le premier Enseignant français certifié en Hypnose Ericksonienne et en PNL, avec l’appui de Jeffrey Zeig, Richard Bandler et John Grinder- importent cette “Nouvelle Hypnose” en France.
2001, Olivier Lockert, président de l’Institut Français d’Hypnose Ericksonienne présente dans le livre “Hypnose” l’utilisation des outils de l’Hypnose thérapeutique dans un esprit résolument humaniste. Les ouvrages qui suivront (Core Gem, HypnoPoches, etc.) continueront de présenter ce qu’il convient désormais d’appeler “Hypnose Humaniste“, une façon totalement nouvelle de pratiquer l’hypnose, aux structures inversées par rapport aux formes d’Hypnose habituelles.
L’Hypnose Humaniste utilise l’état hypnotique pour atteindre notre Conscience, et changer “en conscience”. Basée sur une philosophie globale de vie, la compréhension des croyances qui génèrent notre perception de la vie, l’Hypnose Humaniste a pour but d’aider la personne à retrouver l’Unité, tant au niveau personnel que humain.

Source : IFHE

Hypnose Sophrologie